La production de riz au Portugal

La production de riz au Portugal a commencé à être documentée lors des premières années du XVIIIème siècle. Malgré le fait qu'il se cultivait déjà beaucoup dans les régions du Sud et comme héritage des musulmans, il y eut seulement à partir de cette date des indications de sa présence dans les zones limitrophes de l'estuaire du Tejo.

Des siècles plus tard et à cause du risque de malaria, les semailles ont été interdites, mais petit à petit les réticences initiales ont été supprimées. Au cours du XIXème siècle, nous pouvons déjà parler de culture systématique et d'un grand et concret intérêt de l'agriculture portugaise dans la production de riz. Jusqu'à lors, la culture du riz était considérée illégale, mais elle était tolérée. De ce fait, initialement clandestines les rizières ont commencé à s'étendre le long du bassin des rivières et le gouvernement a commencé à croire à la viabilité de la production de riz, établissant ainsi les conditions à respecter pour sa récolte.

Au début du XXème siècle, les bases pour la production du riz au Portugal ont été établies. Dans les années 30, les rizières ont considérablement augmenté et les zones de récolte se sont propagées vers d'autres régions du pays. Actuellement, le riz est cultivé dans le bassin du Mondego (Figueira da Foz, Coimbra), dans les bassins de la Beira Baixa, dans le bassin du Sado (Alcácer do Sal), dans le bassin des affluents du Tejo, dans les barrages au Sud et dans d'autres régions, en plus petite quantité.

Un grand pourcentage de riz produit au Portugal correspond aux variétés du grain arrondi, qui est le carolino et ses principales variétés sont Ariéte et Euro , mais il y a également la production du riz Agulha,de grain caractéristiquement plus allongé.

Dans un climat de la méditerranée avec des influences atlantiques, le riz est majoritairement cultivé dans des conditions d'arrosage. Les explorations agricoles sont d'habitude caractérisées par leur taille entre le moyen et le grand et pour être intensément mécanisées, malgré le fait qu'il y ait encore de petits producteurs qui continuent à utiliser les techniques traditionnelles de la récolte. La technique la plus populaire est celle de la semaille directe et l'utilisation de fertilisants et d'autres produits phytosanitaires dans la protection des cultures est largement divulguée.

Pour être bien faite, la production du riz par récolte dépend, au Portugal, de trois paramètres importants: la température qui peut affecter la plante si elle est extrêmement basse, l'eau disponible qui détermine la superficie qui peut être récoltée et qui influence l'apparition de possibles maladies, et la quantité de radiation solaire que les rizières reçoivent.

Dans l'ensemble de l'agriculture portugaise, la situation actuelle de la récolte du riz est favorable, avec une production près de la moyenne communautaire. Malgré la diminution des aires de récolte et le fait que la technologie du secteur présente certaines limitations, la productivité est acceptable.

L AMI INSÉPARABLE: LE RIZ

Quotidien, populaire, presque omniprésent, le riz est l'accompagnement habituel des plats portugais. Les possibilités infinies que le riz offre dans la cuisine ont été utilisées depuis toujours dans les tables lusitaines, commençant ainsi à faire partie de la culture culinaire du pays.

Le caractère versatile du riz, sa docilité, sa capacité d'absorption et de s'imprégner d'arômes, saveurs et textures, permettent que le céréale apparaisse dans la liste d'une infinité de plats, faisant partie de recettes typiques du Nord et Sud du Portugal. Des fours les plus humbles à la gastronomie d'avant-garde, la cuisine portugaise trouve dans le riz le parfait allié pour proportionner la proéminence de l'aliment qui l'accompagne, que ce soit la viande, le poisson, les fruits de mer ou les légumes.

Le poulet très utilisé dans les ragoûts de riz, tient son exemple le plus caractéristique dans le riz de cabidela. Etant très banals dans tout le pays, ces plats se font surtout dans les régions du centre.

Connu et savoureux, le riz au canard, provenant de Braga, atteint la perfection s'il est cuisiné avec du canard sauvage. Normalement, il accompagne d'autres viandes et il est également accompagné de verdures et de toutes sortes de légumes, assaisonnés avec différentes épices.

Avec les traditionnelles saucisses portugaises, nous pouvons également faire un grand nombre de plats de riz, étant digne de mention le fameux Riz de Sarrabulho, plat typique et consistant qui apparaît dans plusieurs tables de la région du Minho. Curieux est également l'emploi du curcuma, le colorant naturel de quelques saucissons du Nord du Portugal, qui donne au riz la couleur jaune intense, très caractéristique, qui nous rappelle les arômes des colonies portugaises de l'Extrême Orient, qui ont beaucoup influencées la cuisine portugaise.

Quelques recettes de riz apparaissent associées à la morue, à la grande étoile de la gastronomie portugaise, sans oublier les nombreux et abondants exemplaires de poisson et de fruits de mer, que d'une façon ou d'une autre, font partie des plats traditionnels comme par exemple le riz au poulpe ou le riz aux crevettes, aux corbines, aux calamars, aux langoustes, aux crabes ou aux moules.

Les mille et une façons de cuisiner le riz au Portugal font du pays un des plus grand consommateur de riz de l'Union Européenne. La consommation annuelle par habitant se situe aux environs de 15 kilos, pour un total d'environ 140 000 tonnes de riz par an.